0

Votre panier



TOTAL HT
TOTAL TTC

Intelligence artificielle : peut-on réellement encadrer son développement ?

Table ronde

05/11/2019 | 11:30 - 13:00

Table ronde animée par Daniel Fortin, Rédacteur en chef Idées et débats aux Echos


L’intelligence artificielle conduit l’homme, dans des domaines sans cesse plus nombreux, à déléguer aux machines l’accomplissement de tâches multiples aussi bien que la prise de décisions. L’intelligence artificielle se révèle, en première approche, infiniment plus rapide, plus fiable et moins coûteuse. A quoi s’ajoute une capacité prédictive qui constitue un apport que l’homme n’est pas en mesure de concurrencer.

Mais les contreparties sont très lourdes : dilution des responsabilités, atteintes considérables aux droits fondamentaux, absence de toute transparence sur les critères qui guident les choix et décisions prises par l’IA. L’humanité se met en risque face à l’intelligence artificielle, sans être en mesure de maîtriser les machines créées.


Les dangers sont évidents : voitures, avions, armes passent sous le contrôle des algorithmes.

Les techniques d’apprentissage des machines (deep learning) renforcent le spectre d’une IA devenue immaitrisable. L’IA permet de programmer des machines en fonction des objectifs à atteindre, en lui laissant fixer les moyens pour y parvenir.

L’IA forte est même présentée comme source d’un risque pour l’humanité elle-même. A quoi il faut ajouter que les « biais » qui guident la machine, même dans des domaines a priori non problématiques, peuvent aussi renvoyer à des choix iniques, racistes et immoraux.


Dans tous les secteurs, les réactions pour une régulation voire une interdiction (robots tueurs) se manifestent.

Sans que des décisions n’aient encore été prises. La concurrence internationale, les intérêts divergents des États, les préoccupations sectorielles des entreprises, tout converge ici pour empêcher la mise en place d’une éthique de l’IA. Il est cependant envisagé de mettre en place un GIEC de l’intelligence artificielle.


Il convient de dégager des principes directeurs visant à encadrer le développement de l’IA, afin de pouvoir contrôler les algorithmes, en comprendre les modes de fonctionnement, assurer la transparence, le respect de règles éthiques.

Ces principes doivent encadrer la recherche en IA, l’utilisation de ses ressources et leur connaissance par tous.